« Je suis totalement convaincu qu’il faut faire une loi travail efficace pour recréer des emplois. Mais pour cela il faut nous écouter », a insisté hier Pierre Gattaz sur BFM Business.

Il a rappelé que « c’est le Medef qui a fait le plus de propositions pour créer des emplois », aussi face à l’évolution de la loi Travail, il a prévenu, « trop c’est trop ! », « c’est notre dernier coup de semonce », « il faut écouter les chefs d’entreprise et les employeurs ». Il a détaillé les trois points qu’« il faut redresser » : d’abord, retirer le mandatement syndical obligatoire pour négocier des accords, qu’il a considéré comme un « casus belli ». Ensuite, le compte personnel d’activité, tel qu’il est actuellement, qui doit être retiré. Enfin, l’obligation de la surtaxation des CDD qui ne doit pas être introduite. « Considérer le dialogue social comme un unique rapport de force je ne suis pas d’accord. La vie ce n’est pas que du combat, c’est faux », s’est-il-indigné. Interrogé sur les présidentielles, il a déclaré que « les candidats à la présidence de la République devront nous expliquer comment on crée 2 millions d’emplois pour revenir au plein-emploi ». Il a également appelé à supprimer un « poison » comme l’impôt sur la fortune, « ce que je vois, c’est que l’ISF depuis 30 ans ça tue des entreprises », constate-t-il. « Ca ramène peut-être quatre milliards d’impôts mais ça a détruit sans doute des dizaines de milliards d’euros de PIB en France parce que nous sommes l’un des derniers pays au monde à avoir de l’ISF », a-t-il poursuivi.

>> Revoir l’émission